Les dits "vaccins anti-Covid" inscrits au code de la santé publique de NC depuis le 23 septembre


Après plus de 2 ans de situation Covid, Brigitte et Gaëlle dressent le bilan sur la pression autocratique et la dérive totalitaire auxquelles elles ont dû faire face pour transmettre leur message : menaces, pressions, interdits, accusations, censure…

Face à un système de santé en pleine destruction, elles parlent de l'intérêt de remplacer notre « Médecine de la Maladie » par une « Médecine de la Santé ».

Elles tirent la sonnette d’alarme et invitent la population à rester vigilante sur les textes votés et amendés lors de la commission permanente du 23 septembre 2022 en ce qui concerne l’introduction de la dite « vaccination anti-Covid » dans le code de la santé publique de Nouvelle-Calédonie, en la positionnant comme « fortement recommandée ». De par cette décision, ils font reposer la responsabilité sur l'individu et non plus sur les médecins ou le gouvernement concernant les conséquences potentielles post vaccination dont on sait pourtant qu’elles sont fréquentes. Pour preuve, les chiffres complètement déconcertants de la VAERS (le centre de pharmacovigilance des vaccins des Etats-Unis). A savoir que l’ANSM (l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et produits de santé) a sorti récemment aussi ses chiffres qui sont tout aussi importants.

Ce qui est à craindre, d’où l’importance de rester informé, c’est que cette introduction du dit« vaccin anti covid » au code de la santé publique puisse passer dans le code du travail. De la recommandation à l’obligation il n’y a qu’un pas et certains politiques voudraient le prendre !!! Qu’est-ce qui nous assure qu’il ne sera pas franchi dans les temps à venir en fonction de l’évolution des situations sanitaires, environnementales, énergétiques ?

Il est alors légitime de se demander si la médecine d’aujourd’hui est animée par bien autre chose que notre santé ? Et alors d’inviter les populations à la prudence.


60 vues0 commentaire